PARTI COMMUNISTE REVOLUTIONNAIRE VOLTAIQUE

Le parti de l'action révolutionnaire

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !



Pensée brève

La force du mouvement national est fonction du degré de participation à ce mouvement des vastes couches de la nation, du prolétariat et de la paysannerie.

La révolution prolétarienne et le renégat KAUTSKY

Editions en langues étrangères. PEKIN 1970 - Page34

La seule alternative juste à la faillite du système néocolonial, du pouvoir de la 4è République et du CDP : La Révolution Nationale Démocratique et Populaire

31 janvier 2014 --- Par PCRV

Version imprimable de cet article Version imprimable
[ télécharger l'article au format PDF ]

Depuis quelques mois la crise révolutionnaire qui traverse notre société, depuis 1998, s’est approfondie ; la lutte des classes est devenue plus ouverte mais aussi plus complexe. Les faits sont favorisés par la conjonction de plusieurs facteurs à savoir :

• Le développement des luttes populaires dont certaines revêtent un caractère quasi-insurrectionnel. La crise révolutionnaire se traduit ainsi par le refus de ceux d’en bas (c’est-à-dire la classe ouvrière, la paysannerie laborieuse, les couches urbaines pauvres du semi prolétariat et la petite bourgeoisie ruinée par la crise, la vie chère, l’oppression et l’exploitation néocoloniales) de se laisser exploiter et opprimer comme avant. La trame de fond cela c’est le besoin d’un changement radical, révolutionnaire en faveur des peuples.

• La bourgeoisie réactionnaire au pouvoir et non au pouvoir, profondément divisée et dans l’impasse constituée en trois (3) regroupements politiques principaux suivants :

 Le CDP et son Front Républicain qui œuvrent pour la mise en place d’un Sénat mort né et pour la révision de l’article 37 de la constitution afin de permettre à Blaise COMPAORE de régner à vie.

 Le regroupement hétéroclite autour du CFOP (Chef de File de l’Opposition Politique), Zéphirin DIABRE qui lutte contre la mise en place du Sénat et contre la révision de l’article 37. Il se prononce pour le changement.

 Le MPP (Mouvement du peuple pour le Progrès) issu de l’explosion du CDP et dirigé par d’anciens caciques et membres influents de ce Parti. Ce Parti se dit également de l’opposition politique ; il se prononce contre la mise en place du Sénat et contre la révision de l’article 37. Ses dirigeants principaux font leur mea-culpa pour leurs activités sordides et criminelles au service de Blaise COMPAORE afin de se refaire une virginité politique. Le MPP se prononce également pour le changement.

Le CDP et son Front Républicain, le regroupement hétéroclite autour du CFOP, le MPP dans la lutte qui les oppose pour le contrôle de l’appareil d’Etat néocolonial ont tous recours à ‘impérialisme notamment français qui est leur véritable maître dont ils sollicitent sans vergogne l’appui pour accéder au rang de valet privilégié.

L’impérialisme français, présent militairement dans la sous-région et dans notre pays, s’avère ainsi comme un acteur majeur dans la solution de la crise qui tenaille notre pays.

D’autres acteurs de la sous-région Ouest-africaine notamment les dirigeants fantoches de Côte d’Ivoire, mis en place par l’impérialisme français avec l’aide militaire du clan mafieux de Blaise COMPAORE, font des pieds et des mains et prennent des initiatives pour soit disant aider à la solution de la crise dans notre pays au détriment des intérêts de notre peuple. Face à cette situation complexe et ses enjeux importants il est du devoir du PCRV, parti de la classe ouvrière et de l’action révolutionnaire, d’éclairer la classe ouvrière et les différentes composantes de notre peuple afin qu’elles orientent correctement leurs luttes et s’organisent encore mieux pour réaliser le changement révolutionnaire en leur faveur. Afin qu’elles déjouent les pièges et évitent les obstacles que l’impérialisme notamment français et ses alliés locaux (au pouvoir et non au pouvoir) et de la sous région Ouest-africaine dressent sur leur voie pour désamorcer le mouvement révolutionnaire en essor et pour le liquider. La présente déclaration du PCRV s’articulera donc autour des trois (3) points suivants :

1. La situation de crise dans la sous région Ouest-africaine : ses grandes tendances d’évolution ; le rôle imposé par l’impérialisme français à notre pays, au clan mafieux de Blaise COMPAORE ainsi qu’à toute fraction ou coalition de fractions bourgeoises qui accéderait au pouvoir.

2. La faillite ouverte du système néocolonial, du pouvoir de la IV° République, du CDP et de l’ensemble de la bourgeoisie réactionnaire de notre pays au pouvoir et non au pouvoir.

3. La lutte des classes telle qu’elle se déroule sous nos yeux, la question du changement et l’alternative révolutionnaire du PCRV.

I. LA SITUATION DE CRISE DANS LA SOUS REGION OUEST-AFRICAINE : SES GRANDES TENDANCES D’EVOLUTION ; LE ROLE IMPOSE PAR L’IMPERIALISME FRANÇAIS A NOTRE PAYS, AU CLAN MAFIEUX DE BLAISE COMPAORE AINSI QU’A TOUTE FRACTION OU COALITION DE FRACTIONS BOURGEOISES QUI ACCEDERAIT AU POUVOIR.

La sous région Ouest-africaine traverse une crise grave notamment dans la zone sahélo-saharienne. Les pouvoirs fantoches en place reconnaissant leur incapacité à contrôler cette zone ont fait appel aux grandes puissances impérialistes (USA, France, Grande Bretagne, UE) pour des interventions militaires sous le prétexte de : lutter contre le terrorisme, sécuriser la zone et la sous région, et défendre la démocratie. En réalité les enjeux de ses ingérences des grandes puissances impérialistes dans la zone sahélo-saharienne sont multiples et très importants. Ces enjeux sont :

• Politiques, géopolitiques et militaires, en rapport avec la lutte pour le repartage du monde et du continent africain ;

• Economiques (accès au pétrole du golfe de guinée, de Côte d’Ivoire ; de l’uranium du Niger et des métaux précieux dont regorge la sous région, de l’énergie solaire, du cacao, du café, etc.) ;

• La lutte des impérialistes anglo-saxons (USA et Grande Bretagne) et français pour contrer la pénétration dans la sous région de nouveaux acteurs tels que la Chine, l’Inde, le Brésil ;

• La volonté des puissances impérialistes d’étouffer toute forme de contestation des peuples acculés à la misère et souffrant du manque de liberté politique ainsi que de la répression exercée sur eux par des pouvoirs corrompus.

1) Les grandes tendances d’évolution Dans ce contexte les grandes tendances d’évolution sont les suivantes :

• Le renforcement, et l’inscription dans la durée de la présence militaire et du diktat politico-économique des grandes puissances impérialistes notamment la France qui ont opté pour la politique de la canonnière ; avec ce que tout cela entraîne comme conséquences à savoir :

 La mise sous tutelle des pays de la sous région, la remise en cause de la souveraineté et de l’indépendance de ces pays qui subissent ainsi une véritable recolonisation.

 Le pillage des ressources naturelles de ces pays ; le renforcement du diktat du FMI et de la banque mondiale qui leur impose sa politique libérale (PAS, CSLP, SCADD) criminelle.

• La remise en question de la liberté politique sous couvert de la lutte contre le terrorisme et de la recherche de la stabilité des pays de la sous région. Cela est de nature à remettre sérieusement en cause le processus de démocratisation de ces pays à travers l’adoption de lois liberticides.

• Le renforcement de la misère et de l’oppression des peuples de la sous région avec l’accroissement de la vie chère et des crises humanitaires liées à la famine, aux populations déplacées et des réfugiés.

• L’accroissement de l’insécurité alimentée par :

 La crise des forces de défense et de sécurité et leur incapacité à défendre les frontières, à protéger les populations et leurs biens.

 L’activité des organisations terroristes et des djihadistes.

 Le développement du grand banditisme et de la criminalité transfrontalière.

 La circulation des armes dans la sous région.

2) Le rôle imposé par l’impérialisme français à notre pays et à ses alliés locaux au pouvoir et ceux aspirant au pouvoir avec son aide

Pour défendre ses intérêts dans la sous région et en Haute Volta l’impérialisme français a imposé à notre pays le rôle de plate forme stratégique pour agresser, opprimer, exploiter les peuples de la sous région. C’est pourquoi :

• Il a établi une base militaire dans notre pays (350 hommes selon le chef de l’Etat major des armées françaises) avec le COS (les forces spéciales françaises) avec son matériel sophistiqué.

• Il a transformé les FDS de notre pays en forces supplétives de l’armée française.

• Des accords secrets ont été signés entre la France et certains pays de la sous région dont la Haute Volta comme l’a révélé François HOLLANDE à Bamako lors de l’investiture du Président malien IBK ; alors que l’Assemblée Nationale, de notre pays et l’ensemble des forces bourgeoises réactionnaires n’en ont pas parlé.

• La diplomatie du pouvoir de la IVe République est mise au service de l’impérialisme français dont elle appuie toutes les formes d’ingérences dans la sous région (tractations pour la libération d’otages, médiations diverses, etc.).

Ainsi notre pays est ouvertement sous tutelle de la France et le pouvoir de la IV° République, dirigé par le clan mafieux de Blaise COMPAORE est complice de ce fait politique grave également cautionné par les fractions bourgeoises réactionnaires non au pouvoir actuellement et qui luttent pour accéder au rang de valet privilégié de l’impérialisme français. En effet toute fraction bourgeoise réactionnaire de notre pays qui aspire à gérer l’appareil d’Etat néocolonial doit impérativement accepter de suivre fidèlement les orientations que lui imposera l’impérialisme français dans le sens, de la défense de ses intérêts dans notre pays et dans la sous région Ouest-africaine, sauver le système néocolonial en faillite.

II. LA FAILLITE OUVERTE DU SYSTEME NEOCOLONIAL, DU POUVOIR DE LA IV° REPUBLIQUE, DU CDP ET DE L’ENSEMBLE DE LA BOURGEOISIE REACTIONNAIRE DE NOTRE PAYS AU POUVOIR ET NON AU POUVOIR.

La Haute Volta traverse une des crises les plus graves de son histoire depuis les indépendances formelles. Les causes essentielles et les manifestations de cette crise structurelle et multidimensionnelle sont les suivantes :  L’imposition des PAS (puis CSLP et SCADD) qui ont contribué à appauvrir davantage, à exploiter et opprimer notre peuple pour lui faire rembourser des dettes en réalité plusieurs fois remboursées.  Le désengagement de l’Etat des secteurs sociaux (santé, éducation, etc.).

 La faillite ouverte de l’Etat néocolonial qui n’arrive même pas à remplir son rôle régalien ; mais qui est entre les mains des classes dirigeantes corrompues pour s’enrichir et pour appliquer le diktat du FMI, de la Banque Mondiale, de l’OMC.

 La crise et le discrédit qui frappent les institutions du pouvoir de la IV° République. Ainsi :

• Les forces de défense et de sécurité pilier du système néocolonial sont frappées par une crise profonde qui se traduit à travers les mutineries ; le discrédit de la haute hiérarchie militaire embourgeoisée, corrompue et vomie par la troupe ; l’incapacité à défendre le territoire national face aux différentes menaces qui pèsent sur notre pays (insécurité, grand banditisme, menaces terroristes, etc.).

• La justice aux ordres et au service des riches et plus particulièrement du clan mafieux de Blaise COMPAORE.

• Le système de santé, le système éducatif sont dans un état de délabrement total.

• Le chômage est devenu un phénomène très grave et frappe notamment les jeunes dont l’immense majorité est sans perspective sous le système néocolonial. Pire, leurs luttes sont criminalisées et violemment réprimées.

• L’assemblée nationale, budgétivore est une caisse de résonnance du CDP et du clan mafieux de Blaise COMPAORE, dont elle entérine toutes les politiques économiques, sociales et militaires criminelles. Si le pays est au bord du chaos politique, économique et social cela est du essentiellement à plusieurs facteurs :

  • Le caractère mafieux du pouvoir de la 4ièmeRépublique mis en œuvre par le CDP et ses démissionnaires (qui ont créé le MPP) pendant plus de 30 ans.
  • La responsabilité de l’opposition bourgeoise réactionnaire (CFOP, ADF/RDA, UNDD, etc.) qui a, à des degrés divers, participé à la gestion du pouvoir d’Etat néocolonial.

En effet si on prend en compte l’évolution politique de notre pays depuis le CNR jusqu’au pouvoir de la 4ième République, en passant par le Front Populaire, toutes ces fractions bourgeoises réactionnaires ont travaillé ensemble, ont contribué à asseoir et consolider le despotisme militaire constitutionnel de Blaise COMPAORE.

C’est pourquoi la faillite du système néocolonial est aussi celle de la bourgeoisie réactionnaire au pouvoir et non au pouvoir, et traduit leur incurie, leur incapacité à concevoir et à mettre en œuvre des politiques économiques et sociales progressistes au profit de notre peuple. Le rejet par les différentes composantes de notre peuple du système néocolonial, qu’elles jugent incapables d’apporter des solutions correctes à leurs revendications pressantes, à leurs aspirations se traduit à travers des luttes populaires multiformes dans les villes comme dans les campagnes ; il se traduit également à travers leur volonté d’arracher par la lutte un changement révolutionnaire en leur faveur.

Ces luttes ont pour conséquences, entre autres :

  • Le fossé profond qui s’élargit chaque jour davantage entre les gouvernants et les gouvernés ;
  • La crise et le discrédit qui frappe l’ensemble de la bourgeoisie réactionnaire (au pouvoir et non au pouvoir) et ses partis politiques dont le CDP qui a explosé.

Cela d’autant plus que toutes les tentatives qu’ils ont essayées pour reformer le système néocolonial (coup d’état du Front Populaire, reformes constitutionnelles, parlementarisme bourgeois, rapport du collège des sages, réformes préconisées par le CCRP, etc.) et pour le sauver ont échoué et n’ont fait qu’accroître sa faillite.

III. LA LUTTE DES CLASSES TELLE QU’ELLE SE DEROULE SOUS NOS YEUX, LA QUESTION DU CHANGEMENT ET L’ALTERNATIVE REVOLUTIONNAIRE DU PCRV.

De nos jours il est très important de bien comprendre la situation et les procédures politiques complexes de notre société et de la sous région Ouest-africaine dans un contexte où l’Afrique est l’objet de la convoitise des grandes puissances impérialistes pour le repartage du monde. Cela est nécessaire pour mener de manière lucide, conséquente la lutte pour un changement révolutionnaire en faveur du peuple. Dans notre pays néocolonial agricole arriéré la contradiction principale est celle qui oppose l’impérialisme notamment français et ses alliés locaux d’une part au peuple d’autre part. il y a donc deux (2) camps en présence qui s’affrontent.

1. Le camp de la bourgeoisie réactionnaire et de l’impérialisme notamment français : ses objectifs et ses contradictions internes.

Avec le développement de la crise révolutionnaire qui secoue notre pays depuis 1998 et la faillite ouverte du système néocolonial, la bourgeoisie réactionnaire connait une crise profonde : Ses rangs se sont divisés et les différentes fractions et leurs partis politiques ont opéré différents regroupements et coalitions. Quels sont les objectifs visés par ces différents regroupements et coalitions ?

a. Le CDP a explosé compte tenu de ses contradictions internes et sous la pression des luttes populaires. Cependant le clan mafieux de Blaise COMPAORE qui contrôle l’appareil d’Etat, l’économie à travers ses réseaux mafieux a crée un Front Républicain qui regroupe autour du CDP des partis politiques de la mouvance présidentielle ainsi que d’autres partis dont certains se réclament de « l’opposition ».

Les objectifs politiques visés par le CDP et son Front Républicain sont :

• La convocation d’un référendum pour réviser l’article 37 afin de permettre à Blaise COMPAORE de se présenter aux élections présidentielles de 2015.

• Renforcer la main mise du clan mafieux de Blaise COMPAORE sur l’appareil d’Etat et la vie économique du pays.

• Défendre le système néocolonial et les intérêts de l’impérialisme français dont Blaise COMPAORE est le serviteur zélé.

• Tenter de convaincre le peuple que sans Blaise COMPAORE le pays va sombrer dans l’instabilité politique, dans le chaos économique et social. C’est là un des thèmes principaux de la propagande du CDP et du Front Républicain. Sans faire partie du Front Républicain l’ADF/RDA soutient le programme de Blaise COMPAORE tout en s’opposant à la révision de l’article 37.

b. L’Opposition bourgeoise réactionnaire regroupée autour du CFOP est également un regroupement hétéroclite de partis politiques réactionnaires dont certains représentent l’aile supérieure réactionnaire de la petite bourgeoisie. Ce regroupement politique, dirigé par Zéphirin DIABRE qui se déclare lui-même social libéral et vante les mérites du libéralisme, vise les objectifs suivants :

• empêcher Blaise COMPAORE de se présenter aux élections.

• Pour cela il s’oppose à la révision de l’article 37 et au référendum ainsi qu’à la mise en place du Senat.

• Il aspire à gouverner le pays à ‘issue des élections de 2015. Et pour cela il compte sur l’appui de l’impérialisme français auquel il tente de prouver qu’il peut mieux faire que Blaise COMPAORE et son clan mafieux. Son chef Zéphirin DIABRE, ancien ministre de Blaise COMPAORE, est un agent patenté de l’impérialisme français et des officines impérialistes tes que le FMI, la Banque Mondiale, le PNUD. Il a ouvertement soutenu dans la presse les interventions militaires de la France en Afrique notamment dans la sous région Ouest-africaine.

c. Le MPP issu d’une scission au sein du CDP a été créé par d’anciens responsables et cadres du CDP qu’ils ont animé et dirigé pendant des années. Ils ont été les maîtres d’œuvre de la politique de Blaise COMPAORE et ont contribué à asseoir et à consolider son pouvoir. Tombés en disgrâce et mis au garage par Blais COMPAORE et son clan mafieux qui voulait renouveler son personnel politique ils ont démissionné du CDP et créé le MPP pour :

• Eviter de se faire liquider politiquement et physiquement dans l’indifférence générale en restant au sein du CDP.

• Assouvir leurs ambitions politiques en se donnant une virginité politique. Afin de tenter de conquérir et d’exercer le pouvoir. Ils ont absorbé au sein du MPP des partis politiques à leur 1ier congrès et ont noué des alliances avec d’autres dont ceux regroupés autour du CFOP. Le MPP se dit social-démocrate comme le CDP. De nos jours la social-démocratie est au service du capital financier et applique la politique dictée par ce dernier et les grands monopoles. C’est le cas en France, en Guinée, au Mali, au Niger où sont au pouvoir des partis membres de l’Internationale Socialiste. Les objectifs visés par le MPP sont les suivants :

• Empêcher Blaise COMPAORE de se présenter aux élections présidentielles de 2015. Pour cela il lutte contre la révision de l’article 37, la tenue du référendum, et la mise en place du Senat.

• Conquérir le pouvoir d’Etat et l’exercer à l’issue des élections présidentielles de 2015.

• Obtenir le soutien de l’impérialisme français pour son accession au pouvoir en essayant d’apparaître comme plus capable de défendre ses intérêts qu’ils ont du reste défendu pendant plus de deux décennies aux côté de Blaise COMPAORE.

Afin d’éliminer Blaise COMPAORE du pouvoir afin de le remplacer le MPP et le CFOP tentent de s’appuyer sur le mouvement démocratique et révolutionnaire ; pour ensuite le liquider comme le souhaite l’impérialisme français.

Comme cela apparaît clairement tous ces regroupements politiques des différentes fractions bourgeoises réactionnaires ont la même plate forme politique et idéologique et sont tous d’accord pour défendre les intérêts de l’impérialisme français.

d. l’impérialisme français quant à lui vise les objectifs stratégiques suivants :

• défendre ses intérêts en Afrique, dans la sous région Ouest-africaine et particulièrement dans la zone sahélo-saharienne.

• Défendre ses intérêts dans notre pays tout en lui faisant jouer le rôle de plate forme stratégique pour agresser les peuples de la sous région. Pour cela il faut éviter que notre pays soit déstabilisé.

• Réprimer et étouffer tout mouvement de contestation du peuple et tout mouvement révolutionnaire qui remettent en cause sa présence politico-militaire et ses intérêts.

Face à la crise que traverse la bourgeoisie réactionnaire dans notre pays et à la lutte que mènent ses différentes fractions pour accéder au rang de valet privilégié de l’impérialisme français a plusieurs fers au feu. Il a un plan A et un plan B.

 Le Plan A consiste à maintenir au pouvoir le clan mafieux de Blaise COMPAORE à l’issue des élections de 2015 en considérant que cela permettra de faire du pays un « pôle de stabilité » compte tenu du zèle avec lequel Blaise COMPAORE a toujours défendu les intérêts français. Mais à l’intérieur du pays le pouvoir de la 4ième République est secoué et fragilisé par le développement de la crise révolutionnaire, l’explosion du CDP et les luttes de l’opposition bourgeoise réactionnaire pour remplacer Blaise COMPAORE en 2015.

 Cela a amené l’impérialisme français à élaborer un plan B qui consiste à contraindre Blaise COMPAORE à renoncer de gré ou de force à briquer un troisième mandat en 2015. Dans cette perspective un coup d’Etat (révolution de palais) n’est pas à exclure. Cela permettra d’amener au pouvoir une coalition bourgeoise réactionnaire liée à l’impérialisme français. Comme ce fut e cas au Niger avec l’éviction de TANDJA. Dans ce cas de figure le MPP, le CFOP peuvent prendre du service.

Pour privilégier la mise en œuvre d’un de ces deux plans l’impérialisme français prendra en compte certainement les facteurs politiques suivants : La situation au sein des FDS, la vigueur du développement du mouvement démocratique et révolutionnaire, les rapports de force entre les différentes fractions de la bourgeoisie réactionnaire et l’évolution de la situation dans notre sous région. L’ensemble de ces faits montrent que :

• L’opposition bourgeoise réactionnaire n’est pas en mesure de réaliser le changement révolutionnaire souhaité par le peuple ;

• Le changement auquel elle aspire c’est de remplacer Blaise COMPAORE au pouvoir et de sauver le système néocolonial en se mettent au service de l’impérialisme français. Son opposition à la révision de l’article 37 et à la mise en place du Senat est à placer dans cette optique. Si Blaise COMPAORE et son clan mafieux demeure au pouvoir à l’issue des élections présidentielles de 2015. Elle sait que sa base économique va être liquidée, et que sur le plan politique ses rangs vont se disloquer.

C’est pourquoi la lutte entre l’OBR et le CDP/Front Républicain est féroce. Chaque camp accuse l’autre de chercher à conduire le pays au chaos, à l’instabilité politique voire à une guerre civile réactionnaire. Face à cela quelles sont les issues possibles à la situation que traverse le pays ? On peut en dénombrer trois (3) à savoir :

 Une issue réformiste pacifique en 2015. C’est l’issue la moins mauvaise ;

 Un coup d’Etat militaire avec les risques d’une guerre civile réactionnaire : c’est l’issue la plus dangereuse pour notre peuple et ceux de la sous région.

 Une issue révolutionnaire : c’est l’issue la plus favorable pour notre peuple et ceux de la sous région.

2. Le camp du peuple et l’alternative révolutionnaire du PCRV

L’opposition bourgeoise réactionnaire est, de par sa nature et des objectifs politiques qu’elle vise, le projet de société dont elle est porteuse et qui a fait faillite, sa soumission à l’impérialisme notamment français, incapable de réaliser un changement révolutionnaire en faveur du peuple. Elle peut tout au plus remplacer Blaise COMPAORE au pouvoir pour tenter de sauver le système néocolonial.

Seul le PCRV, en mobilisant et en organisant la classe ouvrière et les différentes composantes du peuple, peut réaliser un véritable changement révolutionnaire. En effet :

• Il a un projet de société et un programme révolutionnaire.

• Il lutte pour l’indépendance véritable de notre pays en le sortant de la tutelle de l’impérialisme notamment français.

• La lutte contre la révision de l’article 37 qu’aucun démocrate ne peut accepter, est insuffisante. La constitution de la 4ième République est devenue un chiffon de papier que la bourgeoisie réactionnaire tripatouille comme elle veut. Ce qu’il faut c’est une nouvelle constitution que le peuple doit arracher par la voie révolutionnaire à travers la mise en place d’une Assemblée Constituante, fruit de l’Insurrection Générale Armée, qui dotera le pays d’institutions véritablement démocratique au service du peuple.

En conséquence le PCRV appelle le peuple à s’unir autour de lui pour la réalisation de la Révolution Nationale Démocratique et Populaire (RNDP) qui est la solution à la contradiction principale dans notre pays. Celle qui oppose l’impérialisme notamment français et ses alliés locaux au peuple. Le PCRV conseille au Mouvement Démocratique et Révolutionnaire de notre pays de :

• Se démarquer de l’Opposition Bourgeoise Réactionnaire (OBR) qui cherche à s’appuyer sur elle pour atteindre ses objectifs réactionnaires.

• Continuer son combat contre l’impunité et pour les revendications pressantes des différentes composantes du peuple.

• S’organiser encore mieux, à faire preuve de persévérance et d’esprit de sacrifice dans la lutte pour un changement révolutionnaire dans notre pays en tirant les leçons des luttes des peuples arabes (Tunisie, Egypte, etc.) qui ont réussi à chasser des dictateurs (Ben Ali, Hosni Moubarak) mais qui sont exploitées par des forces bourgeoises réactionnaires pour accéder au pouvoir et maintenir en place les systèmes néocoloniaux.

Le PCRV propose la présente Plate Forme Politique d’Action pour un changement révolutionnaire en faveur du peuple. Il lance un appel à la classe ouvrière, la paysannerie laborieuse, la jeunesse populaire, les femmes et les hommes du peuple, les démocrates et révolutionnaires qui partagent cette plateforme à s’organiser avec lui pour la conquête du pouvoir et la mise en œuvre de cette plateforme.

I. LA PLATE FORME POLITIQUE D’ACTION Au plan politique

1. Chasser l’impérialisme notamment français, renverser les classes et couches sociales qui lui servent de base d’appui dans notre pays, détruire l’appareil d’Etat néocolonial, démanteler les bases militaires étrangères et chasser les forces d’occupation impérialistes de notre pays.

2. Dénoncer tous les accords y compris les accords secrets léonins passés entre les différents pouvoirs réactionnaires successifs et les puissances impérialistes.

3. Mettre en place dès la victoire, un Gouvernement révolutionnaire provisoire dont la mission est de mettre en chantier la réalisation de la présente Plateforme en vue des transformations économiques, politiques, sociales et culturelles nécessaires pour engager le pays dans la voie de la modernisation et du progrès social.

4. Juger les auteurs de crimes de sang et de crimes économiques et frapper d’indignité politique ceux qui aurait été jugés coupables de ces crimes.

5. Exproprier les biens des auteurs de crimes économiques et les rendre au nouvel Etat en vue de résoudre les problèmes du peuple.

6. Convoquer une Assemblée constituante dont les membres sont élus démocratiquement par le peuple à travers des élections libres et transparentes. L’Assemblée constituante, qui bénéficiera de tout le soutien du pouvoir révolutionnaire, aura pour tâche de mettre en place les fondements institutionnels d’une République Démocratique Moderne, de traduire à travers les lois, les aspirations profondes de la classe ouvrière et du peuple. Ne pourront pas accéder à cette Assemblée, les assassins politiques et leurs commanditaires, les pilleurs de l’économie nationale qui seront frappés d’indignité politique.

7. Edifier un Etat laïc démocratique et populaire des ouvriers, des paysans et du peuple, réaliser l’indépendance nationale véritable et complète de la Haute Volta dite Burkina Faso.

8. Instaurer la souveraineté du peuple : la totalité du pouvoir suprême doit appartenir au peuple qui l’exerce à travers ses représentants élus par le peuple et révocable par le peuple à tout moment.

9. Réaliser la décentralisation du pouvoir par une réelle autonomie des régions qui seront créées à partir de critères objectifs tels l’histoire, les mœurs, les coutumes et la cohérence économique et sociale de nos populations.

10. Assurer l’élection des autorités administratives, des juges, des chefs militaires qui seront révocables à tout moment par les électeurs.

11. Garantir la liberté de conscience, de parole, de presse, de réunion, de manifestation, de grève, de déplacement et de circulation pour le peuple, l’inviolabilité de la personne humaine et du domicile.

12. Réaliser l’égalité complète de tous les citoyens quelque soit leur sexe, leur religion, leur race et leur nationalité.

13. Résoudre sur de justes bases la question nationale et libérant les différentes nationalités et en réalisant l’égalité et l’unité entre elles.

14. Organiser une armée révolutionnaire où chaque soldat aura une spécialité effective ; instaurer le service militaire du peuple et mettre l’armée au service de la construction et de l’équipement du pays.

15. Réintégration dans l’armée de tous les éléments sanctionnés et/ou écartés sur des bases politiques arbitraires et injustes avec leurs grades et leurs droits.

16. Droits pour tous les éléments de la police nationale de s’organiser dans les syndicats pour défendre leurs droits. Au plan économique

17. Edifier une économie nationale prospère tournée en priorité vers la satisfaction des besoins de notre peuple ; la mise en valeur réelle des richesses du pays par le peuple qui prendra en main lui-même les orientations, l’organisation et la direction de l’édification économique du pays.

18. Instaurer la souveraineté monétaire et briser la dépendance vis-à-vis de l’impérialisme français qui utilise la monnaie pour exploiter et opprimer notre pays et notre peuple ; lutter pour la création d’une monnaie autonome.

19. Liquider progressivement le chômage en assurant l’emploi pour tous les citoyens et trouver une juste solution au problème de l’émigration.

20. Abolir les impôts et taxes injustes qui frappent le peuple et instaurer un régime fiscal juste et équitable.

21. Mettre fin au PAS et aux privatisations sauvage. Nationaliser les secteurs stratégiques de l’économie, les entreprises qui par leur taille et leur objet sont d’un intérêt stratégique pour le pays.

22. Annuler toutes les dettes contractées par l’Etat néocolonial qui aliènent l’indépendance et la souveraineté du pays.

23. Réaliser la réforme agraire et foncière pour garantir la terre de culture aux paysans qui la cultivent. Exproprier les nouveaux riches et les agrariens qui ont pillé les terres des paysans pauvres et constituer des domaines et remettre ces terres à la paysannerie pauvre.

24. Résoudre la question du logement tant dans les zones urbaines que dans les zones rurales. Un programme d’amélioration de l’habitat rural sera mis en œuvre pour améliorer les conditions de vie à la campagne.

25. Liquider l’analphabétisme et instaurer l’instruction obligatoire et gratuite pour tous jusqu’à l’âge de 16 ans pour les enfants des deux sexes. Recueillir et centraliser le savoir-faire collectif pour le développement dune culture scientifique, démocratique et populaire.

26. Eradiquer les maladies endémiques, les épidémies, promouvoir l’éducation sanitaire et l’assistance médicale aux populations.

27. Développer les infrastructures appropriées pour la promotion des loisirs, de la culture, du sport et des arts.

28. Aménager et équiper le territoire national pour améliorer les conditions de vie des populations et favoriser le progrès économique, social et culturel. Ainsi, les transports, l’énergie, les télécommunications, les réseaux d’eau, seront développés sur toute l’tendue du territoire.

29. Créer les bases pour éliminer l’arriération de la campagne et moderniser l’agriculture, réduire la différence entre la ville et la campagne grâce à un aménagement et un développement rationnel du territoire national.

30. Soutenir la lutte des peuples contre l’oppression et l’exploitation, instaurer des relations avec les pays amis tout en n’excluant pas les pays à systèmes sociaux différents et ce sur la base de l’égalité des intérêts et avantages réciproques sans aucune ingérence dans les affaires intérieures des différentes parties.

Ouvriers et paysans de Haute Volta dite Burkina Faso, vous qui êtes férocement exploités, vous qui travaillez dur sans gagner grand-chose ! Femmes du peuple, vous qui souffrez de façon particulière de l’arriération économique et culturelle de notre pays, vous qui êtes de toutes les luttes émancipatrices de notre peuple mais qui êtes exploitées par les politiciens réactionnaires !

Vaillante jeunesse, vous qui vous battez avec courage pour la justice et la liberté mais qui êtes sans perspectives dans la cadre du système politique actuel, vous qui êtes massivement frappés par le chômage ! Soldats, sous-officiers, officiers honnêtes, démocrates, progressistes et révolutionnaires, vous qui subissez toutes sortes de discriminations, d’humiliation et de vexation du pouvoir et des hommes de main du capitaine Blaise COMPAORE !

Intellectuels démocrates, progressistes et révolutionnaires, vous qui avez tant de compétences à mettre au service du pays mais qui êtes brimés, humiliés et mis au « garage » !

Commerçants, entrepreneurs, artisans patriotes, démocrates et révolutionnaires, vous qui travaillez pour votre pays ; vous que le capitaine Blaise COMPAORE veut étouffer et liquider au profit de son clan et des capitalistes étrangers auxquels ils sont alliés ; vous qui vivez chaque jour l’absence de liberté de produire dans notre pays !

Organisations démocratiques et révolutionnaires, syndicats, ONG de défense des droits humains, associations de jeunes, de femmes, etc.

Le Parti communiste révolutionnaire voltaïque vous appelle à vous organiser avec lui pour renverser le pouvoir de la IV° République afin d’instaurer une République Démocratique et Moderne avec un Etat laïc, démocratique et populaire qui va rompre avec les mœurs politiques criminelles et barbares du pouvoir actuel et engager le pays dans la construction d’une société de justice, de liberté et de progrès.

Pain et liberté pour le peuple ! Janvier 2014


De l'eau, du pain, des soins pour le peuple !

SPIP