PARTI COMMUNISTE REVOLUTIONNAIRE VOLTAIQUE

Le parti de l'action révolutionnaire

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !



Pensée brève

La force du mouvement national est fonction du degré de participation à ce mouvement des vastes couches de la nation, du prolétariat et de la paysannerie.

La révolution prolétarienne et le renégat KAUTSKY

Editions en langues étrangères. PEKIN 1970 - Page34

Les impérialistes et leurs affidés, Retirez vos sales mains du Moyen-Orient !

24 juin 2014 --- Par CIPOML

Version imprimable de cet article Version imprimable
[ télécharger l'article au format PDF ]

Les adversités n’ont jamais cessé au Moyen-Orient depuis l’occupation de l’Iraq et de l’Afghanistan par les USA. Désormais, c’est une organisation terroriste nommée l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) qui continue son extension entamée à Felluce. Cette organisation qui est à l’origine du départ précipité de plusieurs centaines de milliers de personnes de Mosul, qui a massacré des dizaines de personnes, qui a occupé le Consulat général de Turquie et a pris en otages ceux qui y travaillaient, est désormais à la porte de Kirkuk et menace Bagdad.

Le EIIL est une organisation similaire à Al Qaide et à El Nusra qui a été utilisée comme un tâcheron par les USA pour renverser le régime d’Assad en Syrie. Elle fut soutenue aussi bien logistiquement que militairement par l’Arabie Saoudite, le Kuwait et la Turquie. Confortée ainsi, elle a commis récemment des actes terroristes dans la région kurde de Rojava au nord de la Syrie.

Depuis déjà bien longtemps, les impérialistes tentent de remodeler le Moyen-Orient afin que leurs politiques impérialistes puissent s’appliquer, que les ressources pétrolières soient sous leurs dominations. Pour y arriver, toutes les méthodes ont été essayées afin de provoquer la véhémence et l’animosité entre les différentes communautés et nations vivants dans la région. Face à la Syrie, l’Iran et le Hezbollah de Liban, qualifiés par les impérialistes de “l’axe du mal chiite”, la tentative de mettre en œuvre le “Croissant sunnite”, composé de Turquie et des pays golfiques, y compris l’Arabie Saoudite, n’a fait que constituer la base d’un affrontement violent intracommunautaire dans la région. En Iraq, la politique communautariste du gouvernement Maliki, qui n’octroi aucun droit de vivre aux autres communautés, n’a pu s’émerger dans un pays ruiné après le retrait des USA. Le EIIL, qui a été armé par la Turquie par plusieurs camions et qui a été désigné de facto comme allié par des encouragements afin qu’il puisse ouvrir la voie en Syrie, est le fruit d’une politique consistant à approfondir les différences entre les communautés afin de les transformer en une inimitié entre eux. Il s’est prospéré dans un vaste champ ouvert par les politiques réactionnaires menées par l’impérialisme et le gouvernement de la Turquie. L’Iraq est aujourd’hui face à une division en trois entre les Sunnites, les Chiites et les Kurdes. Cependant, la question a très largement dépassé une simple question interne à l’Iraq et s’est transformée en une question mondiale dans la mesure où il s’agit d’une question du Moyen-Orient et où elle s’oriente vers un processus où les super puissances vont inéluctablement s’opposer afin de repartager les zones d’influence dans la région.

Après l’attaque de EIIL contre le Consulat de Turquie de Mosul, lui permettant de prendre en otage tous ceux qui y étaient présents, la déclaration du vice-ministre des Affaires étrangères de Turquie prétendant que ces derniers « ne sont pas des otages » a divulgué involontairement les relations entretenues entre son gouvernement et ce groupe terroriste. Les dires selon lesquels des informations avaient été reçues par les Renseignements généraux de Turquie (le MIT) sur cette attaque du Consulat de Turquie démontrent que le gouvernement est dans une connivence avec cette organisation terroriste et criminelle.

Par conséquent, dans l’incitation de cette situation de chaos grandissante en Iraq, mais qui va inéluctablement englober toute la région, le gouvernement qui a mené des brigues derrières tous ses voisins afin de devenir une puissance régionale, qui est ainsi devenue un pourfendeur de tous les pays frontaliers, qui incite les peuples les uns contre les autres, qui menace constamment les citoyens Alévis en Turquie et qui a tout fait pour enflammer la guerre en Syrie, porte une lourde responsabilité. Le résultat provoqué par la politique impérialiste en Iraq construit le chemin vers une nouvelle guerre. Or, la revendication la plus importante aujourd’hui des peuples de la région, c’est la paix et la démocratie. Celles-ci ne seront jamais l’œuvre de la cupidité des USA, de la Turquie et des autres États alliés réactionnaires.

Aujourd’hui, la condition d’une véritable paix, c’est l’édification de la démocratie collectivement par les peuples afin qu’ils puissent se gouverner eux-mêmes en chassant les dictateurs oppresseurs, accompagnés des USA et leurs alliés. Un nouvel ordre construit sur une véritable laïcité garantissant la fraternité entre les différentes croyances pourrait être une alternative à la politique qui incite les peuples à s’autodétruire et à l’ordre imposé par les USA qui se construit sur le chaos.

À bas l’impérialisme

Vive la fraternité des peuples

CIPOML


De l'eau, du pain, des soins pour le peuple !

SPIP